Home Expatriation Les difficultés à revivre en France après des années d’expatriation

Les difficultés à revivre en France après des années d’expatriation

04/11/2020

On dit souvent qu’il n’est pas évident de s’expatrier à partir d’un certain âge. L’administration fait peur, mais aussi le changement de vie, les habitudes et petites routines qui sont chamboulées, bref pas facile de se lancer même si l’envie est la, je vous l’accorde. 

Pour moi le retour en France me semblait tout particulièrement compliqué à gérer. J’avais peur d’avoir à changer considérablement ma manière de vivre, et cela n’a pas loupé. Encore aujourd’hui, et après plusieurs mois de vie ici, je trouve que l’adaptation est encore difficile…

Les difficultés à revivre en France après des années d'expatriation


Les difficultés à revivre en France après des années d’expatriation

Tout d’abord, je souhaitais vous partager ce podcast en collaboration avec ma copine Emilie du blog parents-voyageurs qui vit à Madrid. Pendant un peu plus de 30 minutes, je réponds à toutes ses questions concernant notre retour en France, le pourquoi du comment. J’y parle à cœur ouvert et sans tabou ou gêne. Je vous partage aussi nos doutes et nos perspectives pour le futur. Merci à Emilie de m’avoir donné la parole !

Rentrer en France après 17 ans d’expatriation #podcast52


Ce qui est de loin le plus difficile à gérer à mon sens est tout ce qui est administratif et encore plus en temps de COVID. Dites-vous que tout est retardé, rien ne se passe comme prévu. C’est la croix et la bannière pour se faire entendre et accéder à nos droits. Et je ne vous raconte même pas quand on est dans une région isolée et que l’on ne peut parler avec les gens qu’à travers le téléphone ! Bref, à l’heure d’aujourd’hui il reste encore des grosses zones d’ombres mais je croise les doigts pour que tout se mette en place rapidement maintenant.


La prise de rendez-vous avec un spécialiste a aussi été une douche froide. J’ai annulé des rendez-vous en Espagne en précipitant mon retour en France en me disant que de toute façon je trouverais facilement des docteurs ici. C’était sans compter le désert médical, le covid qui a tout retardé. Des coups de fil aux docteurs me disant qu’ils ne prenaient plus de nouveaux patients, ou alors pas avant le milieu de l’année prochaine. J’ai tout de même réussi à prendre des RDV avec les plus importants mais non sans une bonne dose de stress et des délais beaucoup plus longs que ce que je n’aurais jamais imaginé !


Vivre en France n’est d’une manière générale pas évidente après tant d’année en Espagne. Je ne retrouve pas la bienveillance et la chaleur, la proximité avec les gens que l’on peut retrouver là-bas. Je suis parfois, même souvent déroutée par la manière dont on me parle en m’infantilisant car je ne comprends pas forcément toujours comment le système fonctionne ici. Je suis française mais je me sens étrangère, c’est dur à expliquer mais je suis aux yeux des autres celle qui revient de loin et qui n’a plus forcément sa place ici.


Bon, et pour les choses un peu plus futiles je dirais que le fait de se retrouver complètement isolée après avoir vécu en plein cœur d’une des villes les plus grouillantes d’Europe ça fait quand même quelque chose ! Adieu les petits restos en terrasse, les cafés à emporter, les déjeuners sur le pouce, les séances de ciné, le shopping improvisé, les petits bazars ou tu trouves de tout, les repas livrés à domicile ! Mais j’ai envie de vous dire qu’avec ce nouveau confinement, nous sommes au final privilégié.


Une expatriation est compliquée, c’est tout notre petit monde que l’on chamboule mais une impatriation est d’autant plus déroutante. C’est le retour aux sources, c’est le sentiment de faire marche arrière, de quitter une vie un peu différente. C’est beaucoup de doutes… Est-ce que l’on a fait le bon choix ? Est-ce que l’on repartira ?

 

À lire ou relire

Laissez un commentaire