Home Vie de maman ♡ Du temps pour soi … mais sans bébé ?

♡ Du temps pour soi … mais sans bébé ?

12/03/2013

Il y a de ça quelques mois, Seb du blog desperate houseman lançait un sujet sur les Bluesblogueurs : Première séparation

Voici donc ma participation, ce que je ressentais il y a de ça quelques mois..

Depuis que mon bébé est né je n’envisage pas une seule seconde de devoir être séparée de lui plus de quelques heures.

Notre relation est tellement fusionnelle que j’ai l’impression que personne ne peut la comprendre. Parfois pas même le papa.
 
Quand il est avec moi je sais qu’il va bien et qu’il est heureux, qu’il ne manque de rien et dans le sens inverse c’est la même chose. Près de lui je me sens bien, je ne manque de rien, je suis heureuse.
 
Pourtant j’ai du reprendre le travail.
 
Quelques semaines avant de recommencer à travailler, je me suis sentie angoissée, nerveuse. Notre petite bulle allait éclater. Bientôt je sortirai de chez moi sans la poussette, je marcherai seule dans la rue. J’irais dans un lieu sans lui. Ce moment je l’ai tellement redouté. j’ai eu si peur qu’il se sente abandonné. Pourtant je ne devais pas le laisser à la crèche, ce n’était pas une nounou qui allait le garder. C’était son papa ! J’ai pourtant confiance en 100%. Je sais que mon bébé est bien avec lui. Il n’y a aucun problème et dans un certain sens j’étais aussi heureuse qu’ils aient un petit moment rien qu’à eux. Et puis je savais que j’allais travailler que pour 4 petites heures !!! Mais malgré tout j’ai très mal vécu cette reprise. Un mélange de baby blues, de dépression, de peur… La sensation que cette période grossesse/premiers mois était belle est bien terminée, Qu’il fallait reprendre la vie ou je l’avais laissée quelques mois plutôt. Finie notre petite routine si agréable. Le grand méchant travail venait tout gâcher.
 
Et puis le jour J est arrivé. La veille je n’ai pas arrêté de pleurer. Ce matin la je me suis levée très tôt, mon bébé aussi. On s’est fait un câlin dans l’obscurité de sa petite chambre, puis je l’ai remis dans son lit et je suis partie le coeur lourd et la gorge serrée.
 
Ces 4 heures on été interminables, entre les moments sympas où je retrouvais mes collègues de travail et les moments de déprime que je passais à penser à mon bébé.
Ces 4 heures sont passées. Je suis partie comme une furie. j’ai couru retrouver mon bébé que j’ai serré très fort.
 
Et puis les jours ont continué, et petit à petit ces sensations de tristesse ont disparu.
 
Mais c’est toujours avec la même hâte que je retrouve mon bébé après chaque matinée travaillée.
 
Régulièrement les mamies me proposent de garder bébé pour les vacances, ou pour que nous puissions partir en week end. Je souris un peu gênée et ne répond pas grand chose en général. Mais j’ai l’impression de ne pas être comprise. Pourtant je ne cherche pas à étouffer mon bébé ou de ne pas faire profiter les autres. Je n’ai juste pas la force d’être separée de lui. C’est comme ça. Alors que faire ? Me séparer un peu de lui pour paraître moins folle aux yeux des autres, ou alors attendre encore un peu de me sentir vraiment prête ?

Mes phrases peuvent paraître extrêmes  Il y a de ça encore quelques mois, bébé était mon oxygène. Une petite chose qui était venue se greffer à mon corps et que je ne pouvais détacher sous peine de suffoquer. Le laisser plus de quelques heures m’était tout simplement impossible. Ne pas être la à chaque instant, à chaque moment de son évolution m’était inconcevable. Je devais être la, pour lui, auprès de lui, à tout moment.

Je me suis donc enfermée dans une petite bulle bien jolie avec mon bébé. On s’auto suffisait. Sortir sans lui ? Pourquoi faire ? J’ai essayé et ça a été un vrai fiasco. Pourtant c’était le soir, pourtant il dormait. Mais je me sentais mal. Je n’avais rien à faire là, je ne voulais être qu’avec mon petit. Je n’ai quasiment pas ouvert la bouche de la soirée, je n’ai pas souri, j’avais juste envie de courir le rejoindre. Quand j’y repense, c’était extrême mais je ne pouvais faire autrement, malgré le faite que je souffrais de la situation et que je ne comprenais pas mes réactions. La reprise du travail, comme vous pouvez l’imaginer, a été une déchirure. je n’étais pas prête du tout.

Les mois ont passé, son caractère s’est affirmé, nos relations ont changé. Il est devenu plus indépendant de moi, j’ai réussi à m’éloigner un peu de ce tourbillon d’émotions, notre petite bulle a explosé, ou plutôt elle s’est agrandie. Nous avons laissé des gens y entrer, nous nous sommes autorisés à y sortir. Pour notre plus grand bien à tout les deux, j’en suis sur.

Contrairement à moi, le papa a gardé une vie sociale beaucoup plus enrichissante que moi, il a continué, régulièrement, à voir ses amis, à sortir, à s’autoriser des moments sans nous, des moments à lui. Il se détache du cocoon pour ne que mieux y revenir.

Jusqu’il y a quelques semaines, j’avais encore du mal à faire comme lui, mais l’entendre me raconter ses sorties, ses virées entre amis, ses apéros en terrasse ont commencé a me donner envie. M’ont fait me rappeler  ces moments d’avant de liberté avec un peu de nostalgie, Car oui, clairement sortir avec bébé, aller manger au restaurant ou tout simplement prendre un verre en terrasse n’est pas toujours évident voir pas du tout agréable pour lui ou pour nous. Mon fils est un tyran, sachez le ! Il ne reste en place que si crouton de pain est dans sa bouche !

Désormais je commence à sentir l’envie mais surtout le besoin, tout comme son papa, d’avoir du temps pour moi, rien que pour moi. De ne plus penser aux petits tracas du quotidien le temps d’un instant

Ça ne change rien au faite que j’aime toujours mon bébé avec la même intensité, mon amour pour lui grandit en même temps que sa taille et son poids. ce n’est pas un amour lisse mais évolutif !

Sortir et avoir du temps pour moi ne peut être que bénéfique pour nous. je pense pouvoir encore plus apprécié le temps passé au près de lui.

Ce n’est pas une situation qui est toujours facile à gérer. Mais je pense qu’il est important d’avoir du temps pour soi. Avant bébé je ne vivais que pour moi, je n’étais qu’un, je pouvais plus ou moins faire comme bon me semblais. Et du jour au lendemain tout s’est arrêté. je n’ai plus du tout eu envie de m’autoriser des moments sans lui, de revivre un peu « ma » vie. Mais maintenant c’est fini, il fait toujours partie intégrante de ma vie sauf que j’arrive désormais à me passer un peu de lui 🙂

Et vous ? comment ça se passe ou comment ça s’est passé ?

♡ Du temps pour soi ... mais sans bébé ?

À lire ou relire

13 comments

kanddye 12/03/2013 at 10 h 47 min

Nous avons laissé la Prunelle à ma mère 2 semaines après sa naissance pour aller à un concert. Et on a continué à sortir de temps en temps, elle a été gardée par mes frères, ma sœur, ses grands-parents, des amis… Le plus dur finalement ça a été l’entrée à la crèche : ne pas la voir de la journée, c’était long :/

Reply
babymeetstheworld 12/03/2013 at 21 h 44 min

ah ça j’imagine ! la crèche aurait été mon angoisse. heureusement le papa travaille l’aprèm et moi le matin !

Reply
Isabel 12/03/2013 at 14 h 09 min

Laisser mon fils pour la première fois a été une horreur. Je ne pensais qu’à lui, à ce qu’il faisait etc… J’ai la chance que mon fils soit gardé par sa grand-mère (ma maman qui est assistante maternelle) en semaine donc ça réduit mes angoisses ! Depuis peu je m’autorise des virées sans lui pour respire et recharger les batteries pour mieux le retrouver… <3

Reply
babymeetstheworld 12/03/2013 at 20 h 31 min

c’est chouette d’avoir la famille autour pour ça !! ici c’est la galère pour le faire garder 🙁

Reply
Sandra 12/03/2013 at 16 h 27 min

et bien moi pour ma part j’apprécie quand j’ai des moments que pour moi, bien trop rare d’ailleurs….. pas eu de places en crèche et nounou incompatible avec nos horaires et nos salaires… il a fallu trancher… congés parental !!! j’ai une après midi pour ma choup à la halte garderie ça lui fait du bien et moi aussi !! mais c’est pas assez !!! quand au choubidou qui a 8 mois, j’espère qu’il aura aussi son après midi pour que j’ai la mienne… et encore un week end ou une semaine qu’est ce que ce serait bien. Je rêve d’une semaine de vacances sac à dos comme je faisais avant…

Reply
babymeetstheworld 12/03/2013 at 20 h 30 min

je rêve aussi tout comme toi mais c’est vraiment pas pour bientôt !! Ici les seules moments sont quand je suis au travail du coup, la halte garderie ça marche pas en espagne 🙁

Reply
La maman chat 12/03/2013 at 21 h 33 min

Très touchant. Pour moi ca a été le contraire… J’ai laissé mon bebe 5 jours pour aller à NY avec chéri alors qu’elle avait seulement 2mois et demi, et tout le monde me disait « mais comment tu fais ? », sans parler de ceux qui me regardaient comme une mère indigne « moi je ne le ferais pas à ta place… » (Ma mère). Mais je n’en pouvais plus, j’avais l’impression de ne pas arriver à gérer,je voulais m’échapper et revenir comme avant (c’est horrible mais je pense que c’était ça au fond). Et maintenant, on est bien qu’ensemble, j’ai arrêté de travailler pour être avec elle et je ne suis pas bien quand elle n’est pas là (elle non plus d’ailleurs). Comme quoi les petits s’adaptent 😉 toi tu as besoin de ton temps et ton petit devient indépendant, et nous c’est le contraire… Next step ? Intéressant en tout cas !

Reply
babymeetstheworld 13/03/2013 at 16 h 04 min

c’est marrant ça ! tout l’inverse de moi ! j’aurai été incapable de le laisser avant ! maintenant je relativise, et je prends conscience qu’il me faut du temps pour moi aussi 🙂

Reply
Miss Gako 12/03/2013 at 22 h 38 min

J’ai moi aussi beaucoup appréhendé de laisser mon fils, je ressentais à peu près la même chose que toi : tant qu’il était avec moi je savais qu’il était bien, heureux et le laisser à quelqu’un, même à ma mère, me stressait. Le laisser à son père par contre ne me posait pas de soucis.
Ce stress de le laisser s’est ajouté à la période de sevrage nécessaire pour sa rentrée en crèche. Autant dire que ça a été difficile de lui faire accepter un biberon qu’au fond je me forçais à lui donner! Mais au fur et à mesure, avec l’approche de la rentrée, qu’il finisse par l’accepter a fini par être un soulagement pour moi!
Et j’ai aussi beaucoup appréhendé de le laisser à la crèche, à de complètes inconnues. Mais j’ai réussi à me raisonner en me répétant que c’était des professionnelles, et puis la période d’adaptation (qui était clairement + pour moi que pour mon bébé) ont aussi beaucoup aidé. Et elles m’ont mise très à l’aise avec le fait que je pouvais appeler quand je voulais pour me rassurer. Et puis j’étais contente que mon ptit bonhomme accepte bien la crèche, qu’il ne pleure pas au moment où je le laissais (ça aurait été le pire du pire!! Mais en même temps il avait environ 4 mois et à cet âge là ils ne réalisent pas trop.
Aujourd’hui je suis contente de voir qu’il vit bien la séparation quand je le laisse le matin à la crèche et qu’il me fait signe « aurevoir » avec son petit bras. Et je suis aussi heureuse de le retrouver le soir et de savoir que sa journée s’est bien passée et qu’il a fait sa petite vie. Je pense que lui laisser cette liberté de se développer un peu sans moi et au contact des autres c’est bien pour lui. Et rien que pour ça je me dis que cette (nécessaire) séparation est bénéfique.
PS: je ne cacherai pas que qd il me manque pendant la journée je re-regarde pour la 36000e fois des photos de lui 😉

Reply
Hannah Sue 13/03/2013 at 13 h 48 min

Quitte à paraître « mère indigne » sur les bords, j’ai très vite eu besoin de me retrouver seule, je crois qu’on a laissé pour la 1ere fois MissChoup’ a ses grands parents la nuit elle avait un mois et demi ! Nous avions besoin de nous retrouver, j’avais besoin de calme, de silence. Nous n’avons pas cessé de penser à elle, bien sûr. Et quel bonheur de la retrouver ! Tout ça pour dire que je n’ai pas connu ce besoin fusionnel de l’avoir toujours auprès de moi 🙂

Reply
babymeetstheworld 13/03/2013 at 16 h 05 min

non j’aurai aimé reagir comme toi ! tu as raison, il ne faut pas s’oublier ! je voulais tellement profité à fond de chaque instants qu’il est devenu une drogue ! enfin, le tourbillon est passé, retour a la normal !!

Reply
babymeetstheworld 13/03/2013 at 16 h 02 min

c’est mignon :))) pas de crèche ici et pas de famille donc nous sommes toujours avec A. le matin avec son père, l’aprèm avec moi, si on fait un resto ou une sortie il est avec nous ! j’avoue que parfois j’aimerais bien sortir en amoureux !!

Reply
miss gako 13/03/2013 at 17 h 56 min

je comprends, on est aussi loin de nos familles respectives donc on ne peut compter sur personne pour nous le garder a l’improviste. mais j’ai des copines sympas qui proposent de nous le garder au besoin et une autre qui a une baby sitter qu’elle me recommande donc on a la possibilite de sortir. tu dois bien pouvoir trouver une bonne baby sitter par le bouche a oreille aussi…

Reply

Leave a Comment